Le travail

Promouvoir un développement efficace, un projet à la fois.

Grâce au généreux appui de ses donateurs, Universitaires sans frontières a envoyé des bénévoles un peu partout au monde, depuis l’Afrique jusqu’à l’Asie en passant par l’Amérique du Sud. Nos bénévoles consacrent leur temps, leur énergie et leur expertise à des projets à court et à long termes, destinés à rehausser les compétences et le niveau de connaissance dans des domaines comme la santé, l’éducation, l’infrastructure et les affaires, autant de piliers de sociétés et de pays prospères.

Les projets visent toutes les sphères d’activité de l’université : enseignement, recherche et administration.

Projets en vedette

Projets récents

Au Guyana, USF travaille à renforcer la capacité de la Société de l’hôpital public de Georgetown à fournir des soins primaires et à faire de la recherche dans le cadre du programme de résidence en médecine familiale. Les bénévoles travaillent avec les autorités du programme de maîtrise de santé publique à élaborer, à l’intention des résidents en médecine, des modules de formation sur la méthodologie de la recherche et sur la santé publique. C’est aussi dans ce contexte de collaboration qu’ils donnent ensuite la formation. Les quatre missions prévues sont maintenant terminées, la dernière ayant pris fin à la mi-avril.

Date : 2016-2018

Bénévoles :

  • David Ponka, professeur agrégé, Département de médecine familiale, Université d’Ottawa, Ottawa (Ontario)
  • Basia Siedlecki, coordonnatrice des services holistiques de santé, École de médecine du Nord de l’Ontario, Thunder Bay (Ontario)

À l’Université de San Carlos, aux Philippines, USF aide les professeurs du Département d’éducation en sciences et mathématiques, qui doivent désormais enseigner la statistique et la probabilité aux futurs enseignants, à perfectionner leurs compétences. Il s’agit entre autres de diriger des ateliers de formation sur ces matières récemment ajoutées au programme scolaire. Le projet durera cinq ans. La première affectation a pris fin le 10 mai 2015. Notre bénévole est retourné pendant quatre semaines en avril 2016, puis en avril 2017.

Date : 2015-2019

Bénévole :

  • Lionel Pereira-Mendoza, ex-doyen adjoint (recherche pédagogique), Bureau des programmes d’études supérieures et de recherche, Institut national d’éducation, Singapour

À la Faculté de médecine de l’Académie des sciences de la santé de Patan, au Népal, USF offre des cours en prestation et gestion des soins de santé publique aux étudiants qui sont envoyés tour à tour dans quatre hôpitaux ruraux, où ils deviendront omnipraticiens et formeront les candidats qui seront affectés à leur tour dans ces hôpitaux.

Date : 2015-2020

Bénévoles :

  • David Beach, Département de médecine clinique, Hôpital de Picton, Picton (Ontario)
  • Morgan Brache, Département de médecine familiale, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique)
  • Peter Kapusta, Département de médecine familiale, Université de la Saskatchewan, Saskatoon (Saskatchewan)
  • Margaret Trompe, Département de médecine clinique, Hôpital de Picton, Picton (Ontario)

À l’Université des sciences et des technologies de Mbarara (USTM) de l’Ouganda, MicroResearch et USF ont dirigé un atelier en méthodologie de la recherche à l’intention de prestataires de soins de diverses disciplines. Le premier résultat concret a été de renforcer la capacité des professionnels de la santé de l’USTM à proposer et diriger des projets de recherche axés sur la communauté locale ainsi qu’à en publier les résultats. La formation a débouché sur trois études concernant des questions propres à la santé des enfants et des mères de la région.

Date : 2017

Bénévole :

  • Noni MacDonald, MD, professeure au Centre de santé IWK, Département de pédiatrie, Université de Dalhousie, et codirectrice de MicroResearch International, Halifax (Nouvelle-Écosse)

À l’Université de Syiah Kuala, en Indonésie, USF a contribué à l’élaboration d’un programme visant à enseigner la prestation de soins obstétriques et néonataux d’urgence dans les régions rurales de Sumatra. Au cours d’une mission de neuf semaines, notre bénévole a supervisé la formation assurée par les membres du corps professoral de la Faculté de médecine dans divers sites ruraux.

Date : 2017

Bénévole :

  • Keyna Bracken, MD, professeure agrégée, Département de médecine familiale, Université McMaster, Hamilton (Ontario) & boursière de Fondation Djavad Mowafaghian

Choix des projets

Chaque projet commence par une demande d’assistance.

Les universités du monde en développement sont les protagonistes d’une vie meilleure pour tous, y compris les plus défavorisés. Or, la qualité des programmes d’enseignement et leurs capacités limitées en recherche empêchent beaucoup d’entre elles de contribuer pleinement au développement de leur pays.

Nous croyons que le meilleur moyen d’aider les pays en développement est de partager notre expertise avec leurs universités pour qu’ils puissent former leurs propres professionnels, leurs propres experts et leurs propres leaders. Former les gens chez eux plutôt qu’à l’étranger est un moyen d’imprégner la formation de la culture locale, de renforcer les liens avec les communautés et d’augmenter les probabilités que les diplômés restent dans leur pays d’origine.

1.

Proposition

L’université soumet une proposition précisant les résultats souhaités et l’aide dont elle a besoin pour réaliser son projet.

Les projets vont d’un cours unique à la refonte d’un système entier.

2.

Recrutement et envoi des bénévoles

USF recrute des bénévoles en fonction de la demande qui lui est adressée, et l’université à l’origine du projet choisit la ou les personnes dont le profil lui semble correspondre le mieux à la tâche. Les bénévoles vont ensuite accomplir les activités prévues.

USF et l’université hôte assument les dépenses des bénévoles inhérentes à la mission.

3.

Incidence durable

Nous travaillons à bâtir des systèmes robustes et à pérenniser les résultats des projets.

Nous privilégions un modèle de formation des formateurs, grâce auquel chaque projet renforce les capacités et l’expertise locales de sorte que les avantages de l’intervention d’USF sont multipliés et persistent longtemps après le départ des bénévoles.

Représentez-vous une université du monde en développement et avez-vous un projet pour améliorer votre établissement?

Nous étudierons avec plaisir les propositions des universités et des ministères de l’enseignement supérieur du monde en développement.

Depuis 2009, nos projets nous ont menés principalement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est, mais aussi en Amérique du Sud, en Asie centrale, dans les Caraïbes et en Europe de l’Est.

Rayon d’action

Notre travail se concentre sur les pays les plus défavorisés.

Les années d’investissement mondial dans l’éducation primaire et secondaire ont stimulé la demande de formations universitaires. Selon des estimations bien fondées, l’effectif étudiant des universités du monde en développement pourrait doubler d’ici moins de dix ans.

Malheureusement, nombre d’établissements n’ont pas l’expertise ni l’expérience pour répondre à cet afflux. Voilà pourquoi ils ont besoin d’aide et voilà pourquoi l’assistance d’USF est si importante.

USF aide les établissements universitaires les pays les moins développés du monde à réaliser leurs projets et choisit pour ce faire parmi les catégories moyenne et inférieure de l’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Exceptionnellement, USF étudiera la possibilité de réaliser un projet concernant un pays seulement classé à l’indice de pauvreté multidimensionnelle du PNUD. Le cas échéant, les instigateurs devront prouver hors de tout doute que même si le pays n’est pas parmi les moins développés, l’aide est justifiée par des inégalités économiques entre régions.

Notre travail se concentre sur les pays les plus défavorisés.

  • Académie des sciences de la santé de Patan, Népal
  • Centre tanzanien international de formation en santé, Tanzanie
  • Hôpital de Nairobi, Kenya
  • Hôpital pour enfants Gertrude, Kenya
  • Kerala Université de Sciences Vétérinaire et Animale, Inde
  • Société de l’Hôpital public de Georgetown, Guyana
  • Université africaine des sciences et technologies Nelson-Mandela, Tanzanie
  • Université Aga Khan, Afrique orientale
  • Université d’Abomey-Calavi, Bénin
  • Université d’Addis-Abeba, Éthiopie
  • Université d’Asie centrale, République kirghize
  • Université d’Awasa, Éthiopie
  • Université d’État islamique de Yogyakarta, Indonésie
  • Université de Bahir Dar, Éthiopie
  • Université de Bio Bio, Chili
  • Université de Cape Coast, Ghana
  • Université de Karatina, Kenya
  • Université de l’État de Kwara, Nigéria
  • Université de Makeni, Sierra Leone
  • Université de Malawi
  • Université de Mekele, Éthiopie
  • Université de Nairobi, Kenya
  • Université de Namibie
  • Université de Novi Sad, Serbie
  • Université de santé et sciences alliées, Ghana
  • Université de sciences sociales et humanités, Viêt-Nam
  • Université de Syiah Kuala, Indonésie
  • Université des sciences et technologies de Mbarara, Ouganda
  • Université du Libéria
  • Université du Rwanda
  • Université Kabarak, Kenya
  • Université Kenyatta, Kenya
  • Université nationale du Rwanda
  • Université nationale polytechnique Lviv, Ukraine
  • Université royale du Bhoutan
  • Université royale du Phnom Penh, Cambodge
  • Université San Carlos, Philippines